100 millions fictifs en soutien aux impactés de la Covid 19

single-image

100 millions fictifs en soutien aux impactés de la Covid 19

 

La mairie de Louga en flagrant délit de non assistance à des populations en danger

 

L’une des caractéristiques de la pandémie de la Covid 19 est d’avoir un effet révélateur sur les carences des administrations aussi bien au niveau international, national que territorial. En cela , la commune de Louga n’a pas échappé à la règle. Voulant se mettre au diapason des autres mairies du pays, le conseil municipal de Louga avait décidé de dégager une enveloppe de 100 millions pour venir en aide aux populations les plus affectées par la Covid. L’intention était louable même si l’on doit reconnaître, en arrière plan, qu’elle n’était que l’effet d’un mimétisme. La mairie de Louga ne pouvait rester les bras croisés d’autant qu’une injonction des autorités centrales avaient enjoint toutes les mairies du Sénégal à se mobiliser et apporter une contribution significative à la lutte contre cette pandémie. Celle de Louga ne pouvait pas faire moins ; elle était dans l’expresse obligation de sortir de sa léthargie.

C’est ainsi que, tenant compte des restrictions, les membres du bureau ont été convoqués à la place du conseil municipal, réunion présidée par l’adjoint au maire Moctar Diop et on pouvait constaté l’absence du maire Moustapha Diop et de la conseillère municipale Mme Ndoye née Binta Cissokho avec comme seul ordre du jour de statuer sur la procédure d’urgence pour voter les100 millions destinés à venir en aide aux populations les plus impactées.

Sur cette enveloppe de 100 millions, la part la plus importante, en l’occurrence 80 millions était destinée à l’achat de riz à distribuer aux populations les plus démunies de la commune après recensement. Les 20 millions restant devaient servir à l’achat, masques, gel, savons, et autres accessoires. 

Pour l’achat du riz, il se trouve que tous les commerçants de la place ont catégoriquement refusé d’accepter les bons de la commune sachant que l’institution avait des problèmes de trésorerie. Ainsi donc, sur l’enveloppe des 100 millions, seuls 6 millions ont été engagés  si l’on s’en tient aux échos de la réunion du dernier conseil municipal. 

Pour quelle raison, ces commerçants à l’unanimité ont-ils rejeté les bons de la commune ? C’est la question lancinante que se posent les Lougatois. Là-dessus, les conjectures sont nombreuses. L’unanimité des commerçants à considérer ces bons comme du kleenex fait accroire qu’ils ont des raisons sérieuses à ne pas vouloir exécuter ce marché. Enfin, c’est l’opinion très amplement partagée à Louga. Aussi, pour les Lougatois, sans qu’ils s’y attendent, ont eu l’occasion de jauger l’inefficacité du fonctionnement de l’administration de la commune. Il est vrai que la pandémie de la Covid, comme toute crise majeure, a mis en lumière les carences, les défauts, les dysfonctionnements des administrations qui se réfugient dans l’opacité de leurs comptes. Celle de Louga est-elle à jour avec ses fournisseurs ? C’est le moins que l’on puisse dire. Et ce n’est très certainement que la partie visible de l’iceberg. C’est là un flop mémorable qui appelle une attention beaucoup plus sur le fonctionnement de l’administration communale, une « due vigilance » comme disent les Anglais.

Le plus choquant dans cette affaire reste à venir. A la mairie de Louga, on continue d’affirmer publiquement que 100 millions ont été dépensés en soutien aux populations impactées par la Covid. Pour  faire bonne figure, on cache, on enrobe l’inefficacité dans le fax new et la contre-vérité.Ces pratiques peu orthodoxes des administrations sont connues mais, à Louga, sa flagrance frise l’indécence.

Avec la seconde phase de cette pandémie qui se révèle bien plus virulente que la première, on se demande quel sort sera réservé aux populations démunies sans assistance et laissées pour compte par cette commune qui pratique le mensonge officiel mieux que dans l’ex Union soviétique des Staline, Brejnev et consorts.

Cherif Sarr Louga Infos